Michel Barnier, un européen convaincu ?

Michel Barnier, un européen convaincu ?

10 sept. 2021
European Parliament - Photo by Guillaume Périgois on Unsplash

Paris le 10 septembre 2021

Les récentes propositions de Michel Barnier concernant l’immigration signifieraient de ne plus adhérer aux décisions de la CEDH - Cour Européenne des Droits Humains - et de la CJUE - Cour Européenne de Justice. Une telle politique ne va pas seulement à l’encontre des principes fondamentaux de la construction européenne, elle aboutirait surtout à la désintégration progressive de l’UE. Volt France déplore le fait que M. Barnier tourne ainsi le dos aux valeurs européennes qu’il a toujours défendues dans une tentative de valider sa candidature dans les rangs de son parti.

Michel Barnier, veut-il quitter l'UE ?

Voilà, la question qu'il faut se poser. Car nous ne pouvons pas choisir l’Europe quand cela nous convient et la renier quand ça ne nous convient pas . Nous travaillons ensemble à travers les frontières ainsi qu'à travers les sujets - ou pas. Si l'Europe signifie d'être bénéficiaire de la solidarité des autres pays pendant le crise de Covid, l'Europe ne signifie pas de se cacher de nos responsabilités face aux autres défis tel que de la migration.

Bien entendu, l'UE n'est pas parfaite. Mais il faut l'améliorer au lieu de déstabiliser les piliers sur lesquels elle est construite. Après avoir dirigé les négociations sur le Brexit au nom de l'Union Européenne, Michel Barnier semble maintenant copier une page de cette histoire, en promettant un référendum pour apaiser les membres du parti sans tenir compte des implications. L'Europe mérite mieux. Et la France mérite mieux.

Volt France soutient donc les institutions européennes  telles que la CEDH (URL) et la CJUE (URL) et rappelle également son attachement à l’indépendance de ces juridictions, qui sont essentielles à la préservation de la démocratie en Europe. Alors que dans plusieurs États membres comme la Pologne, les décisions de ces juridictions sont de plus en plus contestées et l’État de droit recule, la France doit au contraire les conforter dans leur rôle fondamental.

Volt appelle à une réforme du système migratoire

Étant Volt présent dans tous les pays européens et disposant d'un programme commun (la Déclaration d'Amsterdam) ainsi que d'un organe politique commun (l'Atlas des Politiques) pour l'Europe, au lieu des appels au référendum, nous proposons des solutions paneuropéennes :

> Gérer les flux de réfugiés en provenance de l'extérieur de l'UE, par la mise en place d'un système européen de gestion des réfugiés. La convention de Dublin doit être réformée et complétée par un système de règlement qui prévoit des pénalités et des sanctions à l'encontre des États refusant de s'acquitter de leurs responsabilités.

> Rendre le système d'asile équitable, efficace et rapide, en publiant des lignes directrices de l'UE qui garantissent des procédures d'asile plus courtes et coordonnées et qui prévoient des mesures sociales, juridiques, et un soutien psychologique. 

> Assurer une intégration réussie et bénéfique à l'économie. Les demandeurs d'asile doivent pouvoir entrer sur le marché du travail dès le premier jour, et leurs compétences doivent être plus facilement reconnues. De plus, une formation linguistique doit être offerte à tous les demandeurs d'asile. 

> Faire respecter les droits des demandeurs d'asile et des réfugiés,par la surveillance et la sanction des Etats membres qui violent ces droits, par exemple en détenant des demandeurs d'asile lorsque cela n'est pas nécessaire et dans des conditions inhumaines. 

> Protéger ceux qui en ont besoin, en classant les migrants victimes de la famine et les migrants climatiques dans la catégorie des réfugiés en vertu du droit européen et en renforçant l'utilisation de corridors humanitaires.

Contact presse

Eric Galéra - Responsable Relations Médias Volt France
Mail : eric.galera@volteuropa.org

Charlotte Barsky - Co-Responsable Communication Volt France 
Mail : charlotte.barsky@volteuropa.org 

À propos de Volt France

Volt France est le chapitre français du mouvement politique paneuropéen Volt Europa, fondé en mars 2017 et présent dans tous les pays de l'UE. En 2019, il a récolté plus d'un demi-million de voix sur le continent aux élections européennes et a remporté son premier siège au Parlement européen. Depuis lors, ses candidats ont été élus dans divers organes municipaux de plusieurs pays. Volt souhaite s'attaquer à des problèmes urgents tels que le changement climatique, les inégalités sociales et les crises économiques à travers une Europe plus démocratique et unifiée.