L’opinion de Volt sur les violations des droits humains par Frontex

L’opinion de Volt sur les violations des droits humains par Frontex

23 oct. 2022
Mardi, les députés européens ont rejeté l'octroi d'une décharge budgétaire 2020 à l'agence de garde-frontières de l'UE, Frontex. Un pas dans la bonne
Bateau des gardes-côtes de Frontex

Mardi, les députés européens ont rejeté l'octroi d'une décharge budgétaire 2020 à l'agence de garde-frontières de l'UE, Frontex. Un pas dans la bonne direction pour condamner les refoulements illégaux et souvent violents.

Ce vote intervient après d'innombrables rapports de journalistes d'investigation et la publication d'un rapport accablant de l'OLAF, l'organisme de surveillance antifraude de l'UE, faisant état de fautes internes et de la complicité de l'Agence avec des violations flagrantes des droits humains, notamment sa participation à la dissimulation de refoulements de la Grèce vers la Turquie.

L'OLAF a ouvert son enquête sur des allégations de harcèlement, de mauvaise conduite et de refoulements illégaux en janvier 2021. L'enquête a été conclue plus d'un an plus tard et les résultats choquants ont été présentés à la commission du budget et des libertés civiles en février 2022. Le rapport fait suite à des mois d'examen public, à de nombreux rapports de journalistes d'investigation sur l'implication de l'Agence dans des violations des droits fondamentaux, et à une enquête formelle du Parlement européen sur la mauvaise conduite de l'Agence. En avril, le directeur exécutif de Frontex, Fabrice Leggeri, qui a ouvertement menti au Parlement européen et à la Commission, a été contraint de démissionner suite aux scandales qui entourent l'Agence.

Le refus de la décharge à Frontex est une victoire pour la démocratie après une série de luttes internes. Le Parlement envoie enfin un signal fort : aucune agence de l'UE ne doit être complice de violations des droits de l'homme. Volt, ainsi que notre député européen, a demandé une plus grande responsabilité et transparence de toutes les agences de l'UE, et en particulier de Frontex. Mais ce n'est qu'un premier pas : les rapports montrent que Frontex et sa direction sont responsables de nombreux dysfonctionnements internes et ont ignoré les violations des droits humains commises au nom des autorités nationales. Nous appelons l'UE à prendre ces preuves au sérieux et à se pencher sur l'engagement actif des États membres dans les refoulements à la frontière extérieure.

Passons ensuite à Frontex. En vue d'améliorer la transparence et la traçabilité des activités de l'agence, Frontex devrait publier des résumés de ses plans opérationnels, y compris une évaluation de l'Officier des droits fondamentaux sur les dernières opérations. En termes d'opérations, le mécanisme de plainte de l'agence devrait être renforcé et rendu plus accessible aux plaignants potentiels. Il s'agirait notamment de garantir la disponibilité des informations pour les plaignants, la possibilité de remplir des plaintes anonymes et la création de mécanismes de révision pour s'assurer que toutes les plaintes sont traitées et transmises. Dans le même temps, de tels changements seraient sans effet sans un revirement complet de la culture de gestion de Frontex. Le Parlement européen devrait être un catalyseur dans ce processus, et un groupe de députés européens devrait nommer des experts en droits de l'homme et en culture pour mener des formations régulières avec le personnel de Frontex, tant au siège que sur le terrain.

La triste réalité est cependant que, pendant que Frontex et ses dirigeants étaient examinés sur tous les fronts, des milliers de réfugiés ont été affectés par leurs pratiques illégales. C'est un échec de notre démocratie et du respect de l'État de droit. L'UE a désespérément besoin d'une politique de migration et d'asile commune et humaine, assortie d'un mécanisme transparent permettant de demander des comptes aux institutions.

À propos de Volt

En tant que premier véritable parti paneuropéen, Volt s'engage à réformer l'Union européenne et à répondre aux défis de nos jours de manière coordonnée au niveau européen. La vision de Volt : une Europe progressiste avec une société inclusive, une économie qui protège le climat, un système éducatif adaptable et une numérisation autodéterminée.

Volt est convaincu que seule une participation démocratique de tous les citoyens et toutes les citoyennes européens nous préparera à un avenir durable, économiquement fort et socialement juste. Voilà pourquoi Volt agit à tous les niveaux - du local à l'européen, en tant que mouvement et parti. Le mouvement donne à toutes et à tous une voix et la possibilité de s'engager politiquement à partir de la société. Aujourd'hui, Volt est présent dans toute l'Europe : des milliers de personnes de tous âges et de toutes professions s'engagent dans 30 pays européens avec des équipes dans des centaines de villes.

Plus d'informations sur notre Site web | Facebook | Twitter | Instagram

Contact

Pour plus d'informations veuillez contacter

Charlotte Barsky - Membre du bureau
Mail: charlotte.barsky@volteuropa.org

Sven Franck - Co-président de Volt France
Mail : sven.franck@volteuropa.org

Photo: Dragan Tatic – https://volt.link/credits