SOTEU 2021 : l'État d’une Union européenne encore en construction

SOTEU 2021 : l'État d’une Union européenne encore en construction

15 sept. 2021
SOTEU 2021 : l'État d’une Union européenne encore en construction

Le 16 septembre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté son deuxième discours sur "l'État de l'Union", dans lequel elle a présenté ses projets pour l'année à venir et évoqué des programmes ambitieux sur un large éventail de sujets. Un discours plus symbolique qu’autre chose, parce que, tout comme quand on pointe vers une direction précise sans expliquer pourquoi, la manière dont l'Union européenne marche laisse aux États membres le choix de décider quels projets recevront leur soutien et combien des grands objectifs définis hier seront réellement atteints.

C'était voulu. L'Union européenne a des poids nationaux attachés à ses pieds.  En interne, le Parlement européen, seule instance élue démocratiquement, n'a pas le droit de présenter des propositions de loi, tandis que le Conseil européen, composé des chefs d'États, décide à l'unanimité et souvent dans l'anonymat. 

Quant aux relations extérieures, l’UE ne peut actuellement pas parler d’une seule voix, si la polyphonie marche dans les chants corses, elle est beaucoup moins efficace pour les affaires étrangères. L'Europe est encore en construction et tant que nous n'aurons pas réformé l'Union européenne pour qu'elle devienne un acteur de la scène politique sans que les États membres tirent les ficelles dans le sens de leurs intérêts nationaux, l'État de l'union devrait porter le sous-titre "encore en construction".

S'engager est facile. Tenir ses promesses est difficile.

Le discours comprenait également plusieurs engagements qui suivent un schéma similaire : comme dans la lutte contre le Covid, pour laquelle l'UE et les États membres se sont engagés à fournir 250 millions de doses de vaccins aux pays les plus pauvres, les livraisons réelles de vaccins sont très loin d'être au rendez-vous - la France constituant une exception notable. Le même constat s'applique au changement climatique, pour lequel nous nous sommes engagés à limiter le réchauffement de la planète conformément aux accords de Paris, mais nous sommes loin du compte selon le dernier rapport du GIEC. S'engager c'est facile, mais tenir ses promesses est difficile.

Pour obtenir des résultats, il faudrait à nouveau que l'UE dispose d'une plus grande autonomie et qu'elle soit un acteur capable à la fois de coordonner les efforts et de demander des comptes aux États membres. Cela nécessite que les États membres accordent plus d'autorité aux institutions européennes au lieu de saper leur légitimité comme nous l'avons vu non seulement en Pologne, mais aussi ici en France.

Le rôle de l'Europe dans les élections présidentielles françaises

La France prendra la présidence tournante de l'UE le 1er janvier 2022 et Ursula von der Leyen a déjà annoncé un sommet sur la défense européenne avec Emmanuel Macron. Il sera intéressant de voir dans quelle mesure la France est prête à s'engager et à jouer un rôle de premier plan en faveur d'une autonomie et d'une compétence européennes accrues, et pas seulement dans le domaine de la défense. 

Notre président, dans sa tentative de réélection, essaiera certainement de séduire un électorat conservateur et nationaliste, qui semble plutôt vouloir affaiblir l'autorité de l'Europe que d'ouvrir la voie à plus d'intégration et de fédéralisme européens. Et à gauche, les candidats sont soit ouvertement anti-européens, soit évitent le sujet en prétendant que le monde est hexagonal. À une époque où une coopération accrue avec nos pays voisins est essentielle et où l'Europe a besoin de devenir une protagoniste sur la scène mondiale, il reste à voir lequel des candidats ou des candidates fera de l'Europe une véritable priorité plutôt que de recourir à davantage de symbolisme ou de déni pur et simple.

Contact presse

Eric Galéra - Responsable Relations Médias Volt France
Mail : eric.galera@volteuropa.org

Charlotte Barsky - Co-Responsable Communication Volt France 
Mail : charlotte.barsky@volteuropa.org 

À propos de Volt France

Volt France est le chapitre français du mouvement politique paneuropéen Volt Europa, fondé en mars 2017 et présent dans tous les pays de l'UE. En 2019, il a récolté plus d'un demi-million de voix sur le continent aux élections européennes et a remporté son premier siège au Parlement européen. Depuis lors, ses candidats ont été élus dans divers organes municipaux de plusieurs pays. Volt souhaite s'attaquer à des problèmes urgents tels que le changement climatique, les inégalités sociales et les crises économiques à travers une Europe plus démocratique et unifiée.