Violence Policière et Racisme aux États Unis

Le 25 mai, George Floyd, un afro-américain a été victime d’une bavure policière  à Minneapolis après qu’il ait été soupçonné d’avoir utilisé un faux billet de banque. Son décès survenu peu après son arrestation par les policiers a déclenché une vague de protestations contre le racisme, la discrimination et les violences policières dans tout le pays - un sujet qui fait aussi débat en France. 

De nombreux américains défilent désormais dans les rues, brandissant des pancartes sur lesquels sont écrits les dernières paroles de George Floyd : « I can’t breathe » alors que le policier appuyait son genoux sur son cou. De nombreuses manifestations de soutien ont lieu partout dans le monde.

Les attaques policières disproportionnées, les différences de traitement face à la justice et les insultes à l’égard des afro-américains se font de plus en plus fréquentes ces dernières années. Volt dénonce ces pratiques et soutien la communauté afro-américaine dans son combat pour l’égalité de traitement et contre le racisme.

Toutefois, il serait aujourd’hui trop facile de dire que la mort de George Floyd et le racisme ne sont « que des questions américaines ». Les violences policières, le racisme, la xénophobie, l’islamophobie et l’antisémitisme sont des réalités aussi en Europe – et notamment en France. 

En 2016, l’affaire Adama Traoré, un jeune homme noir décédé peu de temps après son arrestation par les officiers de la gendarmerie, a été à l’origine de nombreuses manifestations en France. Cette affaire nous montre que le racisme est présent dans toutes les administrations (policières, judiciaires, scolaires, …) C’est pourquoi il ne faut plus seulement dénoncer le racisme et les discriminations envers les minorités, mais continuellement se battre contre leur omniprésence structurelle. C’est au pouvoir politique de se saisir de ces questions pour y apporter des réponses !

Par ailleurs, ces dernières années, de nombreux citoyens font part de leur sentiment d’insécurité face à la police alors qu’ils disent être fréquemment « contrôlés au faciès ». Ce n’est d’ailleurs pas qu’un sentiment ; Jacques Toubon, Défenseur des droits affirmait dans une enquête effectuée en 2016 que les jeunes hommes « perçus comme noirs ou arabes » ont « une probabilité 20 fois plus élevée que les autres d’être contrôlés », bien que ces pratiques soient interdites par l’article 434-16 du Code de la sécurité intérieure.

C’est pourquoi, il est aujourd’hui important d’engager un débat public sur des thèmes aussi difficiles que le racisme et les discriminations, afin que nous puissions évoluer dans une société toujours plus ouverte, dans laquelle chacun se sent à sa place. 

Nous devons être à l’écoute des citoyen.n.e.s concerné.e.s , nous devons leur donner la possibilité de s’exprimer et leur offrir une place dans la prise de décision. Nous ne pouvons PAS rester silencieux et ne rien faire face à ces comportements ! 

Volt France demande plus de transparence en ce qui concerne les procédures de police et judiciaires, afin que toute la lumière soit faite sur les comportements discriminatoires qui auraient pu avoir lieu au sein des institutions publiques.  

« Unis dans la diversité » ; telle est la devise de l’Europe. Montrons que nous sommes à la hauteur de cette Europe, ouverte, progressiste, dans laquelle chacun peut jouir des mêmes opportunités sans être défini par sa couleur de peau, sa religion ou ses origines. Toutes les voix comptent pour bâtir cette Europe !

#BlackVoicesMatter #BlackLivesMatter