Les populistes européens et comment les combattre – Andrea Venzon et Colombe Cahen-Salvador

Lorsqu’Emmanuel Macron a remporté l’élection présidentielle française, un sentiment de soulagement s’est imposé : le pire scénario possible avait été évité. L'extrémisme avait été vaincu, l'optimisme et des opinions pro-européennes avaient émergé, et un jeune dirigeant charmant et charismatique avait été élu. Cela faisait suite aux récentes victoires, aux Pays-Bas et en Autriche, contre les partis populistes d'extrême-droite. À première vue, il semblait désormais que le monde – ou du moins l'Europe – était de retour sur la voie du progrès, et que le Brexit, l'élection de Donald Trump et le référendum turc n'avaient été que des obstacles sur cette route.

Cependant, avec du recul, il est difficile de nous réjouir, non seulement à cause de divergences de vues politiques avec En Marche sur plusieurs points, mais aussi à cause de statistiques catastrophiques. Malgré un vote de 66,1 % des voix (20,8 millions) en faveur d’Emmanuel Macron – bien au-dessus des attentes –, Marine Le Pen a réussi à obtenir un nombre de voix inédit (10,6 millions), doublant ainsi le résultat de son père en 2002. En outre, le niveau d'abstention est sans précédent depuis 1969, avec 12,1 millions de personnes s'étant abstenues et 4,07 millions de votes blancs ou nuls. Une tendance inquiétante se dessine.

Oui, Emmanuel Macron a gagné avec une large victoire. Mais, non, ce n'est pas suffisant. Il est désastreux de voir Marine Le Pen, et les valeurs qu’elle incarne, arriver au deuxième tour, et plus triste encore de la voir remporter un tiers des voix. Bien qu’Emmanuel Macron ait réussi à se positionner comme la seule solution dans un climat politique particulièrement polarisé, beaucoup se sentaient non représentés, d’où l’absence de consignes de vote par certains candidats du premier tour, comme Jean-Luc Mélenchon.

Ces résultats doivent donc être analysés dans le cadre d’une tendance de fond : lors de leurs dernières élections, les Pays-Bas, l'Autriche et la France ont vu les soutiens des partis extrémistes croître de façon soutenue. De plus, en Italie, malgré tous ceux qui espèrent une victoire de Matteo Renzi (Partito Democratico) aux prochaines élections générales, le mouvement populiste 5 étoiles est annoncé à plus de 30%. De quoi susciter de vives inquiétudes quant à l'avenir de nos pays et de notre continent.

Alors, oui, l'extrémisme a été battu dans plusieurs pays européens, mais pour combien de temps ? Les tendances perturbatrices – la mondialisation, le terrorisme, ou encore la crise des réfugiés – qui ont mené à leur essor ne disparaîtront pas de sitôt. Par conséquent, si la nouvelle génération de dirigeants progressistes ne parvient pas à relever efficacement ces défis, on peut s'attendre à un scénario radicalement différent dans moins d'une décennie. Par exemple, un gouvernement Macron paralysé – en cas de résultats décevants aux élections législatives – renforcera la performance du Front National partout en France. Dans cet article, nous n'avons mentionné que quelques pays européens, mais d'autres s'engagent dans des directions nationalistes similaires, comme la Hongrie ou la Pologne.

Nous devons prendre conscience qu'il est du devoir de notre génération de prendre ses responsabilités aujourd’hui, et que l'affichage et le partage sur les médias sociaux ne suffit plus. Commencez à organiser, à penser et à agir pour remodeler la façon dont les partis politiques fonctionnent et devraient fonctionner !

C'est ce que Volt veut faire. Volt pense au-delà de la victoire aux prochaines élections et veut restructurer la manière dont l'équilibre politique fonctionne actuellement en Europe. Volt vise un unique but : proposer de nouvelles idées, se battre pour vous et s'opposer à la haine tant au niveau européen que dans chacun des États membres. Volt donne une voix à notre génération et à nos convictions, afin de façonner un avenir meilleur pour l'Europe.

Nous avons besoin que chacun d'entre vous se joigne à notre combat, quels que soient votre âge, vos antécédents et votre expérience : vous pouvez et devez faire une différence. Nous avons besoin de passion, d'énergie et de volonté de changer ce qui doit être changé. De cette façon, nous passerons d'un groupe à un véritable mouvement capable de surmonter les obstacles les plus importants. L'avenir est entre nos mains ; il est temps d'agir.


Showing 1 reaction

Please check your e-mail for a link to activate your account.
  • Louis Drounau