L’appel à l’Europe – Andrea Venzon

Comme nous l’avons dit dans ce post précédent, il est nécessaire de réformer l’Union européenne afin de créer une Italie plus forte. De même, tout autre État membre doit soutenir la réforme de l’UE pour pouvoir se développer et se renforcer. En effet, l’avenir de tous les États membres est étroitement lié à celui du continent dans son ensemble.

Une Union européenne pleinement opérationnelle présente de grands avantages pour ses États membres. Parmi ces nombreux autres avantages, l’Union européenne :

  • Permet aux entreprises d’accéder à un marché de plus de 510 millions de personnes, – une région dont le PIB est comparable à celui des États-Unis – et aide ses citoyens à voyager, à apprendre des langues et à travailler à l’étranger ;
  • Permet aux États membres d’avoir une voix importante sur la scène internationale, où ils sont confrontés à la concurrence d’économies plus puissantes et plus peuplées (que ce soit la Chine ou l’Inde) et dont la population augmente rapidement (comme la Russie, le Brésil et l’Indonésie) ; et
  • Représente le moyen le plus efficace de renforcer la défense nationale des États membres, dans un moment historique où les liens avec les alliés traditionnels – tels que le Royaume-Uni et les États-Unis – sont affaiblis et où les menaces extérieures augmentent (par exemple, le terrorisme international).

Malheureusement, dans sa forme actuelle, l’UE a perdu une grande partie de son efficacité à soutenir la croissance et la prospérité de ses États membres. L’incapacité des institutions européennes à s’acquitter de leurs tâches les plus fondamentales – encourager les performances économiques des membres qui ont accepté le plus haut degré d’intégration (c’est-à-dire la zone Euro), résoudre des crises internes (par exemple les flux migratoires) ou donner un poids plus important à l’Europe sur la scène internationale (comme le manque de pertinence de l’Europe pendant la crise syrienne) – a été perçue par les citoyens, renforçant les tendances politiques de rupture actuellement en hausse sur le continent.

Ces failles se sont ajoutées à des perceptions négatives persistantes de l’UE (une énorme bureaucratie, démocratiquement « distante » des électeurs). Les institutions européennes ne parviennent pas à accomplir l’une des tâches les plus fondamentales pour lesquelles elles ont été créées : savoir s’attaquer aux problèmes que les États membres ne peuvent résoudre seuls.

Il est donc nécessaire de mener des réformes structurelles pour moderniser et améliorer les institutions qui ont façonné notre continent au cours des 60 dernières années. Certaines factions politiques demandent périodiquement des réformes au sein de l’UE. Cependant, dans le contexte actuel, un véritable changement semble difficile (voire impossible) à réaliser. Non seulement le Parlement européen (notre seul organe véritablement démocratique) n’a qu’un pouvoir limité, mais les partis politiques européens sont principalement des alliances de partis nationaux aux objectifs et aux programmes hétérogènes, qui ne collaborent souvent que dans le but de favoriser leurs avantages collectifs (par exemple, les remboursements de leurs dépenses).

L’Union européenne est en danger. Le 24 juin 2016, l’UE a subi son pire revers depuis des décennies, sans doute encore plus terrible que l’échec de la Communauté européenne de défense en 1954 ou le récent rejet d’une Constitution européenne en 2005. Pour la première fois de son histoire, l’Union européenne se contracte, ayant perdu le même jour (i) la deuxième économie d’Europe et le membre du G7 dont la croissance a été la plus rapide au cours des trois dernières années, (ii) une puissance nucléaire et un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, (iii) et un pays disposant d’un réseau diplomatique sans égal dans le monde.

Si nous ne ripostons pas, les élections en France, en Allemagne ou en Italie pourraient mettre fin au rêve européen.

Volt dans chaque État membre, pour sauver l’Europe

Un mouvement véritablement européen doit être construit à partir de personnes qui croient, défendent et travaillent pour les mêmes idéaux et les mêmes objectifs, et qui ont la même envie dans chaque contexte national. Le fait d’avoir un agenda et une orientation communs permettra de mettre en œuvre un programme de réformes qui aura un impact au niveau européen.

Pour réformer véritablement l’Union européenne, nous avons créé Volt, un mouvement pro-européen progressiste, qui se concentre sur la réalisation de réformes réelles. Volt sera représenté dans chaque Etat membre et à Bruxelles, pour proposer et soutenir un programme cohérent entre les gouvernements nationaux et au Parlement européen.

Cette approche aura trois aspects positifs :

  • Conduire des réformes radicales. Volt est la seule solution pour apporter de réels changements sur notre continent. En envisageant un tour de scrutin réussi dans certains États membres, comme les élections législatives italiennes en 2018, ainsi qu’au Parlement européen en 2019, le mouvement pourrait à la fois proposer des réformes radicales au niveau européen, où les réformes sont souvent trop conservatrices, et diminuer les oppositions individualistes des États membres au changement.
  • Mobiliser la génération Erasmus. Comme on l’a vu lors du phénomène « Macron » en France, une partie de la population – jeune et moins jeune – croit fortement en l’UE et en sa mission : la « génération Erasmus ». Nous pensons que Volt a le pouvoir d’attirer et de mobiliser ce groupe transfrontalier et d’accroître sa participation démocratique.
  • Rapprocher les citoyens de l’Europe. Volt a le potentiel de réduire le courant du vide démocratique qui existe actuellement entre les citoyens et les politiciens européens. En appliquant un modèle de parti proche de celui des Etats-Unis – où le même parti est représenté au niveau des Etats et au niveau fédéral – nous créerons des liens intuitifs entre les politiques nationales et européennes, et ferons participer les gens à un système politique cohérent et continental.

Volt basera chaque programme national sur ces 5+1 défis, qui seront bientôt appliqués dans le contexte italien.

Citoyens d’Europe, rejoignez-nous pour sauver l’Europe ! C’est une grande opportunité, ne la gâchons pas.


Showing 1 reaction

Please check your e-mail for a link to activate your account.
  • Louis Drounau