Icône télémédicine

Déployons la télémédecine de base !

Volt Hauts-de-France : #lapolitiquepourlavenir

Améliorer la disponibilité de la télémédecine pour permettre un meilleur accès aux services de santé pendant et après la pandémie de Covid

Pourquoi est-ce important ?

Les habitants des Hauts-de-France sont particulièrement touchés par les difficultés d’accès aux soins. Près de deux habitants sur trois ont déjà dû reporter ou renoncer à des soins pour des raisons financières ou par manque de médecins disponibles à cause des délais d’attente, l’absence de médecins à une distance raisonnable et des difficultés financières. Des barrières financières s’illustrent aussi par les refus de soins : dans la région, 32% des répondants bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire (ex CMU) se sont vus refuser un rendez-vous (24% à  l’échelle nationale). En plus, les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste sont deux fois plus importants dans les Hauts-de-France que dans le reste du pays. Tandis que l'ARS a mis en place une réforme de l'accès aux services d'urgence et aux services de santé en général, Covid nécessitera certainement une révision des mesures prévues. De la même manière, comme la pandémie ouvre la voie à une redéfinition du travail à distance, le secteur de la santé sera également impliqué.

Que proposons-nous ?

  • Mettre en place un service régional de télémédecine de garde auquel les médecins généralistes peuvent s'inscrire pour fournir un service 24 heures sur 24, quel que soit l'endroit, à l'instar des initiatives privées ;
  • Fournir un soutien financier aux médecins pour qu'ils investissent dans l'infrastructure informatique nécessaire à l'offre de services de télémédecine ;
  • Mettre en place un programme permettant au personnel des cabinets médicaux de devenir des assistants de soins mobiles afin que les praticiens puissent déléguer les traitements de routine, tels que la mesure du pouls et des rythmes cardiaques, la prise de sang etc ;
  • Veiller à ce que les données pertinentes sur les patients puissent être partagées entre les médecins généralistes offrant des consultations par télémédecine et les spécialistes ;

Peut-on estimer le coût ?

Introduire la télémédecine de garde

L'idée est de mettre en place un service de télémédecine générale, que les médecins généralistes et éventuellement les spécialistes devraient pouvoir utiliser pour améliorer la disponibilité des services dans toute la région. En complément des réunions en face-à-face, un service de télémédecine de garde devrait être un système opt-in pour les praticiens afin de développer le savoir-faire et l'infrastructure pour rendre la télémédecine généralement disponible à terme. Pour le développement et l'exploitation du système initial, nous prévoyons un budget de 4 millions d'euros basé sur la part de la population de la région de 10 % et le budget annuel du Health Data Hub.

Fournir un soutien informatique aux médecins

Les médecins qui participent à des programmes de téléconsultation ont déjà reçu 525 euros d'aide à l'équipement en 2018. Une étude de l'UE a montré que l'adoption de la télémédecine réduit à la fois les frais de déplacement et le coût global des soins de santé. Les services de télémédecine de base sont disponibles pour 80€/mois, bien que divers fournisseurs proposent des solutions beaucoup plus sophistiquées. Les médecins généralistes qui participent au service de permanence devraient recevoir en moyenne 60€/mois en fonction de leur disponibilité (jour/nuit, jour de la semaine/fin de semaine). Viser une participation initiale de 10 % au système de garde signifierait un coût annuel d'environ 2,5 millions d'euros.

Créer des assistants de soins mobiles

Un programme de formation devra être élaboré. Sur la base de l'estimation du coût de la création d'un cours MOOC comprenant 5 classes avec 4 heures de vidéo chacune, nous prévoyons un coût de développement du programme de 500.000€

Faciliter l'échange entre généralistes et spécialistes

Les données des patients hospitalisés étant déjà stockées dans le Health Data Hub, en cours de transfert vers un fournisseur de solutions européen. Une solution régionale devrait prévoir l'intégration sur une plateforme nationale afin de simplifier l'échange de données entre généralistes et spécialistes. Nous prévoyons, avec un budget de 2 millions d'euros par an, de développer et de maintenir les moyens techniques et conformes à la GDPR d'acquisition des données et de gestion des accès entre les différents praticiens.

Comment puis-je vous aider ?

Réaliser ces propositions avec nous

Aidez-nous à financer une campagne

Pour aller plus loin

(Telehealth par John Salzarulo du Noun Project, Photo par  RogDel sur Wikipedia, Creative Commons Licence)