Icône Naufrage

Désamorçons nos plages !

Volt Hauts-de-France : #lapolitiquepourlavenir

PartagerTweeter

Évaluer la situation des munitions submergées le long du littoral des Hauts-de-France, leurs impacts sur la biodiversité et les pêcheries et planifier les moyens possibles de récupération

Pourquoi est-ce important ?

Il existe de nombreux sites le long de la côte européenne où des munitions conventionnelles et chimiques ont été submergées après la Première et la Seconde Guerre mondiale. Mais tandis que nos pays voisins déployant de grands efforts pour les récupérer et démanteler, la France n'aborde pas le sujet. Étant donné que les composants métalliques corrodés sont censés durer au maximum 100 ans, nous sommes de plus en plus exposés au risque que des agents chimiques se dissolvent dans la mer, détruisent la vie marine en empoisonnant les espèces de poissons en mettant en danger notre économie de la pêche déjà touchée par les conséquences du Brexit. Pourtant, la France et le gouvernement régional semblent éviter le sujet, contrairement à d'autres pays qui font de grands efforts pour protéger leurs habitants et leurs écosystèmes.

Que proposons-nous ?

  • Charger la DREAL pour lancer une étude sur la localisation, l'état et l'impact environnemental des munitions submergées le long des côtes des Hauts-de-France ;
  • Déterminer les possibilités et le coût de disposition en utilisant des installations spécialisées comme le GEKA allemand ;

Peut-on estimer le coût ?

Lancer une étude sur la localisation et la condition des munitions

Cette étude pourrait être un complément à l'aménagement de l'espace marin à développer pour la région. Nous aimerions identifier tous les sites et l'état des munitions immergées. En supposant un coût abstrait de 50 000 € par km de notre littoral de 190 km, il nous faudrait budgétiser 10 millions d'euros pour cette évaluation.

Déterminer le coût et les moyens de récupération

Une fois que la localisation et l'état des munitions sont connus, nous aimerions évaluer les possibilités de leur élimination. Une étude de faisabilité complémentaire devrait être entreprise, déterminant à la fois les moyens et le coût de l'élimination ainsi que les possibilités de financement. Nous prévoyons, avec un budget de 1 million € / an, de tenir un registre des sites, des conditions et des coûts de récupération et d'élimination.

Comment puis-je vous aider ?

Réaliser ces propositions avec nous

Aidez-nous à financer une campagne

Pour aller plus loin

(Shipwreck par Richard Cordero, Fish par ibrandify de Noun Project, Photo par Mael BALLAND sur Unsplash)