Icône aeroport

Ne surdimensionnons pas Lille Lesquins !

Volt Hauts-de-France : #lapolitiquepourlavenir

Mettre l'aéroport de Lille-Lesquin en conformité avec les exigences réglementaires et les normes de durabilité, mais arrêter l'extension pour doubler le volume de passagers d'ici 2040

Pourquoi est-ce important ?

Avant même le Covid et avant les objectifs de réduction des émissions jusqu'en 2030 ne soient pas portés à 55 % par rapport à 1990, une extension de l'aéroport de Lille Lesquin visant à doubler le nombre de passagers pour atteindre 3,9 millions de passagers d'ici 2040 aurait pu été considérée comme un projet discutable. Avec 2,2 millions de passagers en 2020, l'aéroport de Lille entre dans la catégorie des aéroports régionaux dont le trafic est trop important pour les fermer, mais trop faible pour devenir rentable. Certes, l'aéroport de Lille-Lesquin ne semble pas publier de rapports annuels, mais une étude comparative en Allemagne a montré que la plupart des aéroports régionaux créent des déficits d'exploitation et que le volume de passagers au seuil de rentabilité est d'environ 5 millions de passagers par an. D'autres aéroports voisins, tels que Bruxelles Charleroi (8,2 millions de passagers), Bruxelles Zaventem (2,6 millions) et les hubs français Paris CDG (76 millions) et Beauvais (3,9 millions) desservent déjà un nombre beaucoup plus grand de connexions. D'investir des sommes substantielles pour débaucher les passagers des autres hubs à une époque où le transport aérien s'est complètement écroulé à cause de Covid peut au moins être considéré comme une utilisation négligente de l'argent public. Si l'on considère non seulement la prochaine révision des mesures visant à aligner les émissions du secteur aérien sur les objectifs climatiques de 2030, mais aussi l'artificialisation nécessaire du terrain et de l'augmentation prévue du bruit et de la pollution de l'air due au trafic aérien et routier,  la fenêtre d'opportunité pour ce projet semble fermée depuis longtemps.

Que proposons-nous ?

  • Déterminer si l'aéroport peut devenir une plate-forme pour le fret prioritaire du Royaume-Uni afin de remplacer les liaisons intérieures à bas prix et les liaisons à courte distance qui vont devenir plus coûteuses à mesure que la tarification du carbone sera appliquée au transport aérien - parce que produire 1500 fois plus d'émissions qu'un train aura des répercussions sur les prix et le nombre de passagers ;

Peut-on estimer le coût ?

Mettre l'aéroport aux normes réglementaires

Nous soutenons l'affectation à cette mesure du budget jugé approprié par la région.

Évaluer le potentiel du transport de fret aérien vers le Royaume-Uni

Pour une étude de faisabilité, nous prévoyons un budget de 250.000 €.

Source

Aider à améliorer nos propositions

Aider à financer notre mouvement

Sources

(Airport par Alice Design du Noun Project, Photo par CHUTTERSNAP sur Unsplash)