Icône Dessalement

Commençons à lutter contre la sécheresse !

Volt Hauts-de-France : #lapolitiquepourlavenir

Installer une première usine de dessalement et commencer à déplacer l'approvisionnement en eau potable loin des eaux souterraines pour permettre aux aquifères de se reconstituer

(mis à jour le 11.07.2021)

Pourquoi est-ce important ?

La région était toujours connue pour la pluie, mais depuis plusieurs années la sécheresse dans les Hauts-de-France est évidente. Les nappes phréatiques sont en déficit de 35% par fin septembre 2019, la consommation d’eau était restreinte et les effets du changement climatique sont apparents dans le hausse de risque d'effondrement de bâtiments à cause de retrait des argiles. En absence des mesures pour conserver l’eau potable nous sommes en risque d’être confronté avec notre “jour zéro” - la journée nous allons manquer d'eau potable. Alors que la séquestration pour lutter contre l'élévation du niveau de la mer n'est jusqu'à présent abordée que dans les milieux scientifiques, l'installation d'usines de dessalement dans les principaux ports océaniques de la région liés par des directives environnementales strictes concernant le traitement continu de la saumure serait une première étape pour permettre le rétablissement du niveau des eaux souterraines et lutter contre les effets du changement climatique sur l'environnement et nos moyens de subsistance. Le coût d’une usine de dessalement pour 300 000 habitants est environ 100 M€. La France est un expert dans le domaine donc en théorie la région manque d’une vingtaine d'usines ou deux milliards d’euros pour alimenter en eau la population, permettre de stabiliser les nappes et un niveau d’humidité durable des argiles - une somme aussi disponible pour le transport en commun à Lille.

Que proposons-nous ?

  • Définir les standards stricts concernant l’installation des usines de dessalement (osmose inverse, valorisation de saumures, utilisation des énergies renouvelables) et leurs emplacements (sur les sites déjà artificialisés qui sont protégés de l’élévation du niveau de la mer) ;
  • Recherche d'un site potentiel à proximité des installations portuaires et ferroviaires et installer une première usine pilote de dessalement sur la base des dernières découvertes technologiques ;
  • Élaborer un plan à long terme pour l'approvisionnement et la gestion d’eau potable ;

Peut-on estimer le coût ?

Définir des normes d'exploitation pour les usines de dessalement

Aucun coût n'est associé à cette mesure.

Construire une usine de dessalement pour soutenir l'approvisionnement en eau potable

Sur la base du coût estimé de 100 millions d'euros pour une installation, nous visons à financer partiellement le coût avec des contributions nationales et européennes d'au moins 25% chacune, laissant un investissement pour la région pouvant aller jusqu'à 50 millions d'euros pour installer une installation utilisant l'osmose inverse. Les coûts d'énergie constituent la plus grande partie des dépenses d'exploitation d'une usine, qui se situent en moyenne entre 0,57€/m3 d'eau potable pour les grandes usines et 1,02€/m3 pour les petites usines. En utilisant un prix moyen de 0,75€/m3 et une consommation moyenne de 150 l/jour par habitant, une usine fournissant de l'eau à 300 000 habitants représenterait des coûts d'exploitation annuels d'environ 12 millions d'euros.

Élaborer un plan à long terme pour la reconstitution des nappes phréatiques

Nous prévoyons un budget annuel de 500 000 € pour élaborer un plan visant à fournir l'eau potable nécessaire à la région, pour assurer la reconstitution des aquifères et afin de réduire la consommation d'eau accompagnées d'une estimation des besoins d'investissement respectifs.

Comment puis-je vous aider ?

Help improve our proposals

Help financing our movement

Sources

(Ocean par Vectorstall, Factory par ProSymbols du Noun Project, Photo de wikimédia par Twhair, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International license)