Icône Cargo

Faisons du CSNE notre canal de Suez!

Volt Hauts-de-France : #lapolitiquepourlavenir

Adapter la portée du projet de Canal Seine Nord Europe à des projections économiques et à son impact écologique

(mis à jour le 11.07.2021)

Pourquoi est-ce important ?

Le CSNE est un projet ambitieux qui changera de façon permanente le paysage de la région et connectera le réseau des canaux du nord à la région Île-de-France. Pourtant, il faut se demander à quel prix et dans quel but. La Cour des comptes européenne a déjà signalé que le projet avait été approuvé sur la base de chiffres peu réalistes en matière de volume de conteneurs prévu, alors que les dimensions du canal (classe VB, barges jusqu'à 185 m de long, capacité de 4400 t) sont coûteuses à maintenir et inutiles si le réseau au-delà du canal ne peut pas accueillir des bateaux de ces dimensions. Afin de ne pas "perturber" le trafic en cours de construction, la voie parallèle du Canal du Nord sera maintenue et retirée une fois le CSNE terminé. Cela non seulement coupera l'accès aux communes adjacentes et aux entreprises locales le long du Canal du Nord et les obligera à commencer à transporter par la route, mais surtout, cela créera la plus longue friche industrielle d'Europe, d'une longueur de 23 km. Des initiatives privées ont commencé à planifier l'utilisation de cette friche, mais un projet aussi pharaonique que le CSNE, qui consomme 1200 ha de terres agricoles et 50 ha des biotopes tout en obtenant une “carte blanche” du SRADDET en matière d'artificialisation du terrain, devrait également avoir une dimension écologique équivalente à son ambition, qui garantit une compensation adéquate de son impact sur l'écosystème.

Par ailleurs, si l'on parle de projets pharaoniques, il faut se demander pourquoi ne pas faire du CSNE le canal Suez de la région ? Bien entendu, avant de se lancer dans un projet plus ambitieux avec une portée de quelques centaines d'années, il faut s'assurer que le canal est réellement utilisé. De même qu'il n'y a pas d'autoroute parallèle au canal de Suez pour les camions transportant des marchandises, des mesures d'incitation doivent être mises en place pour que le CSNE atteigne le plus tôt possible le volume de conteneurs prévu. Avec des entreprises comme IKEA Paris qui annonce des livraisons par voie fluviale, le CSNE devrait être conscient qu'il peut devenir une colonne vertébrale du transport à l'avenir - si la volonté politique de faciliter un transfert modal vers la voie fluviale est réelle.

Que proposons-nous ?

  • Exiger une étude du circulation des conteneurs sur le CSNE à jour et adapter la portée du projet à son potentiel avec différents niveaux de péage sur les autoroutes en proximité tout en déterminant la faisabilité en matière de coûts d'entretien ;
  • Exiger une étude d'impact environnemental à jour tenant compte des critiques formulées à l'égard de l'étude de 2006 et prenant en considération l'impact que le changement climatique a déjà sur la région, notamment en matière de sécheresse et d'approvisionnement en eau ;
  • L'exploitation minière industrielle comprend la réglementation concernant la reconquête du territoire minier et une approche similaire devrait être utilisée pour les sections du Canal Nord qui ne seront plus nécessaires lorsque le CSNE entrera en service au cas ou le Canal Nord sera retirer ;
  • En cas de retrait du Canal Nord, exiger de la direction du projet du CSNE de proposer des usages alternatifs en concertation avec les parties prenantes et inclure son financement dans le budget du projet ;
  • Exiger une compensation égale et adéquate des terrains consommés pour le canal dans la région en mettant l'accent sur là de-artificialisation des terrains et la reconstitution des environnements naturels ;

Peut-on estimer le coût ?

Les mesures proposées ne peuvent avoir un impact direct sur le budget régional au-delà de la contribution déjà allouée.

Comment puis-je vous aider ?

Aider à améliorer nos propositions

Aider à financer notre mouvement

Sources

(Photo par Alexander Bagno sur Unsplash, cargo par Bin Bon du Noun Project)