Icône Biodiversité

Mettons la biodiversité au premier plan !

Volt Hauts-de-France : #lapolitiquepourlavenir

Rendre la préservation de la biodiversité une priorité dans la région

(mis à jour le 11.07.2021)

Pourquoi est-ce important ?

Les milieux naturels comprennent seulement 13% des territoires dans la région (38% en France) . L’observatoire de la biodiversité des Hauts-de-France a défini les chiffres clés, mais apparemment ils restent sans mise à jour depuis 2011. L’Union Européenne a proposé et adopté une stratégie pour la préservation de la biodiversité dans les axes (1) protection des 50% plus d'espèces et 100% plus d'habitats, (2) maintenir et restaurer les écosystèmes (au moins 15% restauration des écosystème dégradé), (3) atteindre plus d'agriculture durable mesurable, (4) améliorer la pêche (aucun impact négatif dans l'écosystème) et la santé des zones aquatiques, (5) l'identification des espèces envahissantes, leur priorisation et éradication et (6) l'arrêt de la diminution de la biodiversité d’ici 2020. Le plan stratégique 2011-2020 de la Convention sur la diversité biologique et les objectifs d’Aïchi prévoit la création d'un réseau d'espaces protégés représentant au moins 17% de la surface terrestre et 10% de la surface marine. Notre région est un des territoires les plus fragmentés en Europe et a perdu 1500 ha / an grâce à l’artificialisation (2003-2012). Une des cibles définie par le SRADDET est la réduction d’artificialisation des sols à 750 ha/an en 2030 et 500 ha/an d’ici 2050 - mais sans consommation de foncier nécessaire pour la réalisation de grands projets régionaux. De plus, l'artificialisation était déjà réduites à 850 hectares depuis 2012 et le gouvernement national et le CRERCO ont proclamé la stratégie “Zéro Artificialisation Nette entre-temps. Le SRADDET prend en compte la biodiversité en la voyant surtout comme une contrainte ou une ressource à valoriser dans les aménagements prévus. Il comprend ni une analyse de l’état de la biodiversité ni une proposition d’une stratégie chiffrée. Le “Diagnostic du territoire régional Plan d’action stratégique Biodiversité” est incomplet, des plusieurs sections sont toujours “à développer” comme la conservation des espèces menacées - les objectifs du plan d'action, les cibles principales, les partenaires, les indicateurs et les propositions à mise en œuvre restent à développer - ce qui veut dire, que pour les dix prochaines années la protection des espèces menacées est ...“en attente” ?

Que proposons-nous ?

  • Demander de fournir une évaluation et un bilan de la biodiversité de la région avec des indicateurs et les chiffres clés ;
  • Exiger que tous les projets de construction soient pris en compte dans la limite supérieure d'artificialisation des sols  (sans exception comme le Canal Seine Nord Europe) ;
  • Adopter les cibles définies à l'échelle Européenne et nationale en absence de concertations régionales sur la biodiversité ;
  • Communiquer sur une des espèces menacées chaque an d’ici 2030 afin de sensibiliser le public sur la nécessité de préservation des espèces et les efforts de la région pour y atteindre ;

Peut-on estimer le coût ?

Toutes les mesures seront introduites sous forme de règles dans les futurs documents de planification (SRADDET). Aucun coût n'est associé à ces mesures.

Comment puis-je vous aider ?

Aider à améliorer nos propositions

Aider à financer notre mouvement

Sources

(biodiversity par Nithinan Tatah du Noun Project, Photo par Anne Nygård sur Unsplash)